En fournissant les informations d’interopérabilité de ses produits, Microsoft s’est finalement plié aux exigences de Bruxelles qui fait examiner leur pertinence par la concurrence.

Url : Article complet
Site : vnunet.fr

Partagez cet article sur les réseaux sociaux