« Facebook réorganise son organigramme, au lendemain des scandales des données personnelles et des fausses nouvelles, sans pour autant remettre en cause la « dictature » de Mark Zuckerberg. »

Source: lesnumeriques.com – article complet