Le gouvernement nippon, fort de 800.000 fonctionnaires, envisage d’utiliser l’OS libre pour la gestion de son personnel. Que va faire Microsoft?

Partagez cet article sur les réseaux sociaux