Un grand nombre de machines tournant sous Linux et Solaris dans des centres de recherche américains, incluant l’Université de Stanford, ont été la cible d’attaques par des assaillants inconnus.

http://news.zdnet.co.uk/business/0,39020645,39151519,00.htm

Partagez cet article sur les réseaux sociaux