« Quand les moteurs de recherche sont venus indexer le contenu des disques durs, je n’ai rien dit parce que ce n’était pas mon disque dur. Quand ils sont venus regarder le contenu des courriels pour afficher des publicités en rapport avec leur contenu, je n’ai rien dit car ce n’était pas mes courriels. Quand ils ont commencé à numériser des livres et à en proposer des extraits en finançant l’opération grâce à la pub, je n’ai rien dit car ce n’était pas mes livres. »
Et puis, quand le disque dur de mon ordinateur ayant disparu je n’ai plus eu d’autre choix que de m’en remettre à des services distants en ligne, quand ma machine n’a plus été qu’une clé d’accès à mes espaces informationnels on line, je n’ai rien eu à dire, car il était déjà trop tard.
La suite , par Olivier Ertzscheid sur :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-640948,0.html

Olivier Ertzscheid est enseignant-chercheur en sciences de l’information à l’université Toulouse-I.

Laisser un commentaire