La reconnaissance par l’Union européenne de la possibilité de breveter les logiciels signerait l’arrêt de mort économique du logiciel libre. C’est l’inquiétude exprimée par le groupe des Verts au Parlement européen, avant l’examen d’une nouvelle directive.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux