Fév 8, 2006
657 Vues
0 0

Linus Torvalds précise sa pensée sur les DRM

Ecrit par

« Linus Torvalds, lors d’un échange de mails au sujet de la future GPL3, est revenu sur la position farouchement « anti-DRM » du nouveau modèle. On sait désormais que le père de Linux s’est opposé au passage du noyau du système d’exploitation vers la nouvelle version de la licence à cause justement de cette politique visant à rejeter toutes les protections numériques.

Une position que Torvalds a bien du mal à accepter. Il explique d’ailleurs ses raisons dans un mail publié dans la « linux-kernel list ». Ainsi, la politique adoptée pour l’instant par la version 3 de la GPL met en danger l’utilisation, dans les logiciels libres, de la cryptographie et des signatures numériques, ce qui est inadmissible pour Torvalds.

Il répond dans son mail à un message de Pierre Ossman expliquant la « beauté » du logiciel libre, dont les sources peuvent être vues et modifiées. Il explique également que tant que les DRM seront présents, seule la première moitié de l’équation, à savoir la consultation du code, sera accessible.

Mais les signatures électroniques seront nécessaires selon Torvalds, ne serait-ce que pour assurer la compatibilité future de GNU/Linux avec les matériels demandant un code logiciel particulier. Ainsi, avec les avancées de « l’informatique de confiance », un nombre croissant de matériels disposera de fonctions de sécurité et notamment de cryptage. Ces matériels, comme la puce TPM implantée dans les nouveaux Mac Intel, réclament une partie logicielle disposant d’une certaine signature, sans quoi le dit logiciel ne pourra pas fonctionner.

Linus Torvalds a annoncé son intention, tant que la GPL3 reste dans cet état, de laisser le noyau Linux sous la deuxième version de cette licence. Trop de liberté tuerait-elle la liberté ? »

Par Vincent Hermann

Catégorie:
News

Laissez un commentaire

Menu Title